Heureusement qu’il y avait le monde autour de moi. 2008.

Flânerie dans le wagon-restaurant, 2008.
Impression numérique. 60cm X 152cm.
Digital print. 60cm X 152cm.

Flânerie au marché un dimanche après-midi, 2008.
Impression numérique. 60cm X 152cm.
Digital print. 60cm X 152cm.

Flânerie dans le vent du nord, 2008.
Impression numérique. 60cm X 152cm.
Digital print. 60cm X 152cm.

Flânerie sous la pluie, 2008.
Impression numérique. 60cm X 152cm.
Digital print. 60cm X 152cm.

Heureusement qu’il y avait le monde autour de moi. 2008.

(série de douze)

Une série de diptyques photographiques présentent des allers-retours entre l’espace photographique et celui du texte exprimés dans la même image. Il s’agit plus particulièrement de lieux intérieurs et extérieurs photographiés, désertés de toute présence humaine. Les micros récits articulés dans l’image sont rédigés lors de déambulations et d’arrêts ponctuels dans des espaces publics des villes de Buenos Aires et de Rome et relatent des situations singulières, inéluctables desseins s’entrechoquant lors de la fréquentation de ces lieux anonymes. Les mots se substituent à l’appareil photo, lesquels tentent de saisir un “instantané” où les protagonistes, sortes d’antihéros du théâtre urbain, s’agitent dans leur fragile dignité.

http://www.lexpress.to/archives/2115/

I am proposing a series of photographic diptychs in wich back and forth movement between the photographic space and that of the text is expressed in the same image. These are photographed interior and exterior spaces, devoid of all human presence. The little stories set out in the image are the result of strolling about and stopping here and there in public spaces in Buenos Aires and Rome. Remarkable situations and ineluctable drawings jostle together when visiting these anonymous places. The words take the place of the camera, attemting to capture a “snapshot” in wich the protagonists, kind of antiheros of an urban theatre, act with fragile dignity.